Octobre…

… où l’on entame le dernier trimestre sur les chapeaux de roues, la tête dans le guidon, la fleur au fusil… Euh, enfin, bref. Nous y voilà. Musique !

Le 3…

… où s’il fallait utiliser une allégorie pour illustrer cette journée, celle d’un lancement de fusée expérimentale ferait bien l’affaire.

Dans le rôle de l’astronaute partant pour l’inconnu : Me Jack, désigné volontaire en raison de nos autres calendriers couvrant toute cette journée de lundi. Exit le tennis, direction Genève. Dans ce métier, ce sont les jours où il est sensé ne rien se passer qu’il faut craindre les surprises !

La fusée expérimentale ? Ce sont deux roquettes, pardon, lapsus révélateur, tant le jargon des missiles convient bien à ce genre d’exercice périlleux. Donc, deux requêtes de mesures superprovisionnelles, toujours avec les mêmes protagonistes (cf. le journal de septembre). D’un côté, notre cliente, une entreprise de fabrication de fenêtres, qui attend en vain depuis presque 4 mois d’être payé par, de l’autre, un entrepreneur marron. Expérimentale, le terme n’est pas galvaudé, parce que les deux terrains (les puristes disent immeubles) supportant les constructions sur lesquels ont été posées les fenêtres litigieuses sont tous deux en cours de mutation au RF de la Comté du Bout du Lac. D’où situation intermédiaire confuse dans les strates de l’administration foncière. Et c’est peu dire que les renseignements que nous avons reçu la semaine dernière au compte goutte, sont soit contradictoires, soit manifestement inexacts, voire incompréhensibles (jusqu’à vendredi dernier où, miracle, nous sommes enfin tombés sur un juriste – sans doute pas insensible à la voix de Me Mulan au téléphone – qui nous a permis de saisir correctement la situation et nous a fourni -enfin ! – les bonnes attestations). On évitera de trop s’attarder sur le fait que les immeubles en question naviguent dans la 4ème dimension foncière depuis novembre 2021, date des réquisitions adressées au RF par les nouveaux propriétaires…

Le danger de l’expédition tient aussi au fait que, notre client ayant attendu le dernier du dernier moment pour recourir aux services d’un avocat, le délai pour obtenir l’inscription de l’hypothèque légale vient à échéance… aujourd’hui lundi.

Donc Me Jack emporte sur les bords du Léman aux premières lueurs du jour, deux pavés (requêtes + bordereaux de pièces épais comme les défunts bottins de téléphone), pour être à 9h00 tapantes, heure d’ouverture du Greffe du Tribunal, au guichet, afin de déposer les actes, en précisant que l’ordonnance d’inscription doit être rendue immédiatement, car après, il faudra encore aller au Registre foncier les enregistrer au Grand Livre (avant la fermeture de l’accueil à 16h00), condition sine qua non de la réussite de l’opération ! Il est équipé de la tenue réglementaire de l’avocat spationaute qui emporte dans sa musette les fonds nécessaires au dépôt des avances de frais qui seront demandées par le Juge.

La #FaireCave ressemble donc ce matin un peu au centre névralgique du Cap Canaveral à l’orée du lancement d’un nouvel engin spatial, qui attend sur le pas de tir le final countdown.

9h15 GMT, appel de Me Jack : Je suis au greffe, les requêtes sont déposées… Mais je ne trouve plus mon portemonnaie ! Il a dû tomber quand je me suis arrêté au restoroute prendre un café !!!

Panique à Houston, donc. Bon prince, le Greffier indique qu’il va nous envoyer par mail les BV et que la preuve de l’ordre donné à la banque suffira.

Début de l’attente du mail…

10h41 ! Veuillez vous acquittez immédiatement du montant indiqué pour la 1ère requête. Une fois la preuve du versement fournie, la seconde avance de frais vous parviendra ! Merci pour la confiance.

10h53 : preuve envoyée direction jet d’eau.

On attend le second mail. 11h15, toujours rien. Houston appel Genève : Oui, c’est vrai, excusez-nous, on a un problème avec la compta !

11h43 : second mail, preuve envoyée à 11h48, avec un mot demandant de nous donner un timing. Pas de réponse.

11h56 : message de Me Jack : portemonnaie retrouvé par le restoroute, avec les sous dedans en prime !

13h48 : nouveau message de Houston au pas de tir : Est-ce que ça suit ? Silence radio.

14h48 : Jack calling : J’ai les deux ordonnances en poche. Je file au Registre foncier.

La fusée est donc lancée. Maintenant il faut à tout prix qu’elle quitte l’atmosphère terrestre avant 16h00, sinon, c’est l’explosion en plein vol, et tout ça n’aura servi à rien.

15h26 : Le Registre foncier m’a envoyé payé les droits d’enregistrements. J’attends dans une file avec un ticket. On se croirait dans une administration coloniale !

Et, à partir de là, silence radio. Nous perdons contact avec notre cosmonaute.

Deux heures de silence radio, c’est long. Et enfin, miracle, contact rétabli vers 18h00 Mission accomplie – STOP – requêtes enregistrées par le Registre foncier à 15h58 – STOP – Suis sur le chemin du retour – STOP

Ici Houston, plus un poil de sec…

%d blogueurs aiment cette page :