June…

… où la température monte, gentiment. La pression aussi, mais pas seulement dans les « bars » !

Le 1er…

… où le client demande comment cette information qui l’accuse personnellement peut-elle figurer dans le rapport de Police ?

En effet, aucun témoin n’en fait état dans les PV d’auditions. Elle est juste mentionnée au détour d’un paragraphe. Et pourtant, l’autre matin, les agents frappaient à sa porte : On sait que c’est vous !

Eh bien, tout bêment cher Monsieur. Un voisin ou une connaissance, qui visiblement a une dent contre vous, a vu l’agitation dans le quartier, est venu se mêler au groupe de badauds, témoins, policiers, ambulanciers, etc. Et en a profité pour glisser à un agent qu’il a vu quelque chose de suspect. Il ne veut pas apparaître dans le dossier, à cause des embêtements que ça peut lui causer, mais, comme il est un bon citoyen, respectueux des lois, et gnagnagna, c’est son devoir de dire ce qu’il a remarqué tout à l’heure.

Mais, c’est faux !

-Précisément. C’est pour cela qu’il ne veut pas apparaître officiellement, mais pour le policier, puis après le procureur et, enfin, le juge, c’est du pain béni, car ils n’ont rien d’autre à ce mettre sous la dent. Le ver est dans le fruit. Pour eux. c’est suffisant pour venir toquer à votre porte.

Top-Ten Jim Carrey GIFs, For Family Covid-Update Emails – The Rookie Father

Le 2…

… où l’on reçoit une facture, soit-disant du Registre du Commerce, pour une société qui a été radiée il y a 19 ans ! Certains arnaqueurs nous prennent vraiment pour des truffes !

Le 3…

… où c’est relâche dans toutes bonnes terres catholiques.

Holiday GIFs | Tenor

Le 4…

… où Genève lance un vibrant Appel à la libération de Julian Assange

On nous apprend tout gamin qu’il faut dire la vérité, que cela vaut toujours mieux qu’un mesonge. Plus tard, devant les tribunaux (civils), parties ou témoins, on nous rappelle qu’on doit dire la vérité. Sinon, ça va barder. Et devant les cours pénales, tout le monde doit aussi dire la vérité, sauf l’accusé, mais ça c’est une autre histoire. Julian est l’accusé. Il n’est pas devant des juges et il n’a pas menti. Il a dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Maintenant, il se retrouve en plus mauvaise posture qu’un menteur. On nous dit que c’est au nom de la raison d’Etat. Même si toute vérité n’est pas bonne à dire, l’Etat devrait justement la protéger. On sait que c’est faux, mais on aimerait bien y croire.

Puisqu’on peut recevoir en bombant le torse Biden et Poutine, pourquoi ne pourrait-on pas accueillir Julian Assange ?

Le 7…

… où l’on rédige la réponse à l’allégué 427… ad 427… Contesté. Précisé que les demandeurs ont signé le contrat de vente et d’entreprise, les plans, le descriptif technique, etc. Ils savaient donc à quoi ils s’engageaient. Prétendre le contraire est d’une mauvaise foi crasse.

427… Comment peut-on pondre ne serait-ce que le tiers de tous ces paragraphes pour raconter une histoire somme toute assez simple ? Word est un instrument qui a changé la vie de l’avocat. Celle de leurs secrétaires aussi. Au début que votre serviteur titillait la profession de Padawan, les secrétaires de mon maître de stage avaient une machine à écrire géniale. Elle conservait la mémoire des deux dernières pages dictées ! Inutile de dire qu’il ne fallait pas se pointer dans leur antre en avouant tout penaud avoir oublié une section dans les préliminaires. C’était le bûcher assuré.

Mais, bon sang, quand même… 427. Et il en reste encore une quinzaine avant la fin. C’est sûr. Ils veulent nous avoir à l’usure, Mais, c’est peut-être bien les juges qu’ils fatigueront en premier…

%d blogueurs aiment cette page :