Avril…

… où, au diable les fils que la sagesse populaire veut nous imposer, une envie de photosynthèse taraude nos petites cellules grises, fort opportunément alimentée par ce concentré de testostérone du fondateur des Eagles. Quand le soleil se couchera et que le dictaphone refroidira, le grill tu allumeras et This Bud’s for you tu diras !

Le 3…

… où la situation devient tout à fait kafkaïenne dans cette procédure civile.

Alors que nous avons répondu dans les formes prescrites par la nouvelle procédure civile (en vigueur depuis 2011 tout de même), ce Président d’une Comté voisine nous retourne notre mémoire en nous demandant de le reformuler en respectant la séparation entre notre détermination sur les faits de la demande ( ad 1 : contesté; ad 2 : partiellement admis; etc..) et ensuite seulement nos propres arguments, si nous le voulons bien (sic) !

Et l’avocat des demandeurs de lui écrire derechef, non pas pour lui signaler que, depuis 7 longues années, ce système rigoriste a été aboli. Non, non, non ! Il lui dit que le code de procédure civile ne permet pas de corriger après coup les écritures incomplètes et d’y ajouter de nouveaux éléments…

… à moins que nous ne sommes entrés, sans nous en rendre compte, dans la Twilight Zone…

Le 4…

… où un père qui considère payer – quand même ! – des pensions exagérées pour sa fille majeure, parce que, en définitive, celle-ci  n’a qu’à travailler à côté de ses études de droit, a eu la brillante idée de lui envoyer un commandement de payer pour récupérer les quelques pensions qu’il lui a versé en 2017 et de lui réclamer par la même occasion la taxe pour le chien.

Ce Monsieur se voit décerner, à l’unanimité du jury, le Prix de l’élégance !

Le 5…

… où, certes, les Tribunaux nous serinent qu’ils sont surchargés.

Mais, bon… quand on pond un pensum de 15 pages de blabla serré pour expliquer dans les grandes lignes pourquoi une brave conductrice qui conteste une amende de 150 sesterces doit quand même la payer, parce qu’elle n’a pas fait preuve de suffisamment d’attention en bifurquant, qu’en pensez-vous Sir Hamlet : If the authorities knew about the problems and chose not to prevent them, then clearly something is rotten in the state of Denmark.

La Justice aveugle doit peser le pour et le contre, d’accord, mais pas besoin de mettre un bottin de téléphone à chaque pesée.

Le 6…

… où il faut Alerter les Bébés, car le Captain Bloody Samouraï après être Tombé du Ciel, y est remonté.

Le 9…

… où l’on échange avec des collègues à Prague sur les mérites de la procédure helvétique face aux exigences de Strasbourg.

Le problème pour eux est de comprendre quels sont les griefs que peut (ou ne peut pas ) examiner le Tribunal fédéral saisi d’un recours en matière pénale.

– Donc, si nous comprenons bien, les Juges de la Cour Suprême ne se posent pas la question de savoir si les faits retenus dans le jugement attaqués sont exacts ?

– En théorie, c’est le cas. La loi de procédure dit qu’ils n’ont pas à revoir les faits, sauf s’ils sont établis de manière manifestement inexacte. En pratique, ils décident arbitrairement si oui ou non ils vont finalement se poser la question et ils peuvent ainsi décider d’entrer quand même en matière sur un état de faits pour le corriger, selon leur bon vouloir. Décision souveraine et bien évidemment sans appel…

– Mwouais, en fait, c’est comme chez nous, ils font ce qu’ils veulent, comme ils veulent, quand ils veulent…

CQFD (PS : pour préparer cette vidéoconférence, quelques recherches avaient été effectuées dans les tiroirs virtuels de la jurisprudence de Strasbourg. Un arrêt concernant la Suisse et démontrant cette réalité a été trouvé: Les Juges de la CEDH ont relevé que, même si la loi ne le permettait pas, le TF avait corrigé le tir en entrant tout de même en matière sur le grief soulevé par le recourant, juste pour dire qu’ils s’étaient  conformés à la jurisprudence de la Cour européenne… CQFD donc !

Le 10…

… où, même si on a pris le chemin des écoliers (en pleine vacances scolaires !), la réalité du calendrier est bien là avec un tir groupé d’échéances.

Contrairement à ce que croit un brave client, pourtant souvent bien informé sur les arcanes de la procédure – forcément, à force de les explorer ! – les délais ne sont pas suspendus pendant les vacances de Pâques, mais 7 jours avant Pâques et les 7 jours qui suivent…

Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Le 11…

… où l’actu du Barreau se situe en terre hexagonale, avec la manif #JusticeMorte à Paris. Magistrats et avocats y protestent contre la Macronite galopante qui entend maintenant frapper les prétoires.

« Nous refusons ce projet dont le véritable objectif est de permettre le maintien de la justice dans son état de misère budgétaire en sacrifiant toute notion de qualité au nom de la productivité », ont écrit dans un communiqué les syndicats, dont l’Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM). « Nous refusons ce projet d’une justice illisible, déshumanisée et privatisée », ont-ils ajouté

Qu’on ne s’y trompe pas. Même si la Justice d’Helvétie est bien mieux lotie que celle de nos voisins de l’Hexagone, nous sommes encore bien loin de ce que les justiciables sont en droit d’attendre d’un pays qui se veut moderne. Ce dont ledit pays aime à se vanter par ailleurs. Le budget de la Justice fait grincer les dents de nos politiques, les affaires augmentent (forcément, puisque la population aussi !), les effectifs dans les Tribunaux stagnent, on inventent des bletzs, comme la Cellule itinérante de notre Comté, l’assistance judiciaire se réduit comme une peau de chagrin, les avances de frais judiciaires prennent l’ascenseur. Bref, tout cela participe l’air de rien à une précarisation du droit des gens à l’accès à une justice simple, efficace et rapide.

Le 12…

… où, allez ! Soyons fous, on s’accorde un petit break dès midi aux Trois Tours, une de nos cantines préférées.

D’aucuns trouveront la comparaison un brin déplacée, mais la haute gastronomie a au moins un point commun avec le métier d’avocat. On ne peut jamais se reposer sur ses lauriers et chaque jour est un nouveau défi…

Cela dit, ce n’est pas tous les jours que l’on croise un mémoire qui a la saveur de cette Saltimboca de lotte sur un lit de choucroute aux lentilles Beluga, asperge et émulsion au Champagne !

Le 13…

où, vendredi 13 justement, la prudence commande de poursuivre le break entamé la veille. On ne sait jamais…

Le 16…

… où, quelques minutes avant d’entrer en audience en terres neuchâteloises, on reçoit le message d’une bonne âme qui attire notre attention sur le billet posté par un pseudo-émule de Freud sur un réseau social, à propos de la santé mentale de votre serviteur, qualifié de psychopathe pervers narcissique…

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Tout s’explique à présent…

PS : plus tard dans la journée, notre zélateur, dont l’attention a probablement été attirée sur l’aspect légèrement pénal de son expertise psychiatrique spontanée distribuée à tous ses contacts, a changé son diagnostic de « PPN » en corrupteur.

Dommage, ça claque moins…

Le 17…

… où ce n’est pas qu’il n’y a rien à raconter aujourd’hui. C’est même tout le contraire…Mais tout a filé si vite que c’était comme de regarder passer un de ces interminables trains marchandises.Au bout d’un moment, on ne sait plus combien de wagon de ciments, s’il y avait des citernes et la couleur des conteneurs…

Un Oak Cross devrait nous aider à surmonter cette journée.

Le 18…

… où l’on apprend par radio twitter qu’une jihadiste française a été condamnée pour son appartenance au groupe terroriste État islamique à la perpétuité en Irak, dans un procès express, auquel ses avocats n’ont pu participer.

D’aucuns seraient tentés de soupirer eh, bien fait, voilà ce qui arrive quand on veut jouer les va-t-en-guerre chez les fous de Dieu

Voilà une remarque qui serait totalement stupide. Ailleurs, comme ici, les accusés doivent se voir garantir un procès équitable (dont l’avocat de la défense fait partie intégrante) pour que leur condamnation puisse être validée. Sinon, aujourd’hui ce sont les jihadistes que l’on condamne dans une parodie de justice. Et demain, les homosexuels, les beatniks, les bigleux?

§ Une réponse à Avril…

  • Le Tigre dit :

    D’après ce que je lis dans votre blog, vous me semblez plus épicurien que pervers narcissique 🙂 D’ailleurs ces derniers n’ont strictement aucun sens de l’humour, ce qui est loin d’être votre cas. Vous voici donc rassuré sur votre santé mentale si besoin était.

    J'aime

Vous pouvez laisser ici un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :