Janvieeeeer !!!!!

All French GIFs! — mozart-1053: Funès vs. Gabin in La Traversée...
« Jambieeeeeeeer, Jambieeeeeer… » Allégorie du black out pandémique en ce début 2022

… où pas besoin d’être Gabin pour hurler notre ras-le-bol. Et s’il n’y avait que ça !

Le 10…

… où on fait le compte des contrariétés diverses qui perturbent le retour aux affaires.

Secrétariat décimé par Omicron. Mon alter ego contraint de faire du gringue aux infirmières pour quelques temps. La Poste qui perd notre courrier (puis le retrouve, ok, mais, dans l’intervalle, retourne quand même un acte judiciaire à l’expéditeur, sans attendre la fin du délai de garde). L’éclairage du hall d’accueil qui reste en vacances. Le standard téléphonique qui fait des mises à jour sans crier gare. Bref, s’il n’y a pas du vaudou là-dessous, je veux bien être juge !

James Bond 007 GIF - James Bond 007 Voodoo - Discover & Share GIFs

Le 12…

… où, après une réunion d’urgence du Conseil de sécurité @MeFaire, il est décidé à l’unanimité de répondre à l‘attitude belligérante du Tribunal de district du Wisconsin à l’égard du vrai fromage Gruyère par une menace d’escalade. « Si vous persistez dans la voie de la confrontation, en considérant que n’importe quel morceau de gomme à pâte dure produite sur sol américain peut être vendue légalement sous l’appellation « Gruyère », nous menaçons de reléguer le vin californien dans la catégorie « jus de raisin et cidre » ! » peut-on lire sur le communiqué de presse.

En résumé, face à cette décision à la motivation absurde, relayée par notre canard local, l’inculture prime sur la géographie, la tradition et, d’une manière générale, sur la gastronomie équitable, puisque le tribunal en question considère que « la signification du terme Gruyère, telle que comprise par le public américain, est un terme générique pour un type de fromage et ne se réfère pas uniquement à un fromage provenant d’une région géographique spécifique.« 

Cheese Tumble GIFs - Get the best GIF on GIPHY

Moralité : L’AOP ne vous protège que si vous vendez à des connaisseurs respectueux du savoir-faire, pas à des béotiens !

Le 13…

… où il est (à nouveau) question du principe de l’universalité au travers du jugement rendu à Coblence (Allemagne), condamnant à la prison à vie un ex-colonel pour crime contre l’humanité.

Principe d’universalité ? Pour faire simple : il s’agit d’un concept de droit pénal international qui permet à un Etat tiers (ici nos voisins allemands) de poursuivre et juger un accusé (Anwar Raslan, ancien caïque du régime de Bachar-el-Assad) ) qui ne peut l’être ou ne l’a pas été dans son pays (la Syrie), au nom de l’intérêt universel à la Justice.

C’est beau, dit comme ça. Et c’est très mode aujourd’hui, puisque si l’on suit la pensée hygiéniste (ou woke ?) actuellement dominante, tout le monde se donne le droit de juger n’importe qui (et peu importe que l’accusation tienne la route… ou pas).

Mais là n’est pas le débat. On ne parle pas de n’importe qui ou de n’importe quoi, puisqu’il s’agit d’un tribunal régulièrement constitué qui juge un homme sur la base d’un dossier apparemment solide, si on en croit les médias, où les preuves qu’il est à l’origine d’au moins 27 exécutions sommaires ont été apportées par l’accusation, soutenue par les familles des victimes du régime syrien.

Pourtant, au-delà de la bien pensance et de l’indignation de circonstance face à de pareilles exactions, le concept pose néanmoins quelques problèmes juridiques, car il va à l’encontre d’autres principes du droit que l’on croyait indéboulonnables il n’y a pas si longtemps. La territorialité (on ne peut juger que les crimes commis sur son territoire). La non-ingérence (on ne se mêle pas des affaires des autres). La légalité (c’est quoi la base légale applicable ?). Etc.

La moralité de ce jugement, s’il en faut une, c’est qu’il importe de considérer que le principe d’universalité, qui jusqu’ici permettait d’intervenir, quand il n’y avait pas d’autres solutions (les criminels de guerre nazis, d’ex-Yougoslavie pour ne citer qu’eux), et qui a donc plutôt une vocation d’exceptionnalité, ne devienne gentiment la norme et que n’importe quel juge sur la planète se sente apte à juger à propos de n’importe conflit survenu aux antipodes.

Bien sûr, tout le monde se réjouira qu’un salaud soit condamné pour ses crimes, surtout quand ils sont atroces. Mais, il ne faut jamais perdre de vue la finalité des choses, surtout en droit pénal. Pour rendre un verdict équitable, le juge doit connaître le sujet qu’il va traiter.

Le 14…

… où c’est d’abord une musique qui revient en mémoire…

… mais, avant, il y avait une affiche et un film comme on peut les trouver beau quand on a 16 ans…

… merci Monsieur Beinex.

Le 17…

… où le droit est déjà bien assez compliqué comme ça, sans qu’il soit nécessaire de se battre aussi sur le plan sémantique !

Quand on lit sous la plume du Confrèe adverse qu’écrire « je conteste la résiliation de mon contrat de travail » ne signifie pas « faire opposition à son congé« , on se demande avec quel syllabaire il a bien pu user les bancs de l’école ?

%d blogueurs aiment cette page :