Le blues du pique-assiette

09/05/2013 § 2 Commentaires

Je reçois une décision refusant l’AJ (assistance judiciaire gratuite parce que pas trop de sous et que bibi soit désigné comme avocat valeureux et rémunéré par l’Etat) à l’une de mes clientes. Motif : le cas est simple en fait et en droit. Et toc ! Sauf que l’instruction a été faite de manière olé olé, les bonnes questions n’ont pas été posées à la Police et la cliente, un brin évaporée il faut bien l’admettre, est d’origine étrangère. Mais, ne vous inquiétez pas Maitre ! Nous maîtrisons le dossier et votre cliente n’a rien à craindre des foudres de la Justice qui ne se trompe jamais ! Tu parles… J’irai quand même, na !

PS : pourquoi ne pas dire les choses comme elle sont ? « Maître, nous avons bien reçu votre requête. Malheureusement, nous ne pouvons y donner suite en raison de Directives internes non publiées et introuvables pour le commun des justiciables, où qui vous savez nous a bien fait comprendre que celui qui paie mon salaire (et à qui vous payez des impôts), nous rappelle que l’AJ coûte un saladier à la collectivité et qu’il faut limiter au maximum le cercle des pique-assiettes. Moralité, tant qu’il n’y a pas eu au minimum génocide, assassinat au sécateur, viol collectif, bref des trucs de ce genre, eh bien passez votre chemin, il n’y a rien à voir ! Et puis, si on avait besoin d’avocats pour rendre une saine Justice dans les cas « simples en fait et en droit », ça se saurait. Bonjour chez vous ! »

Où suis-je ?

Entrées taguées assistance judiciaire sur MeFaire.

%d blogueurs aiment cette page :