Une histoire de foot

02/01/2018 § 1 commentaire

Extraits du Journal @MeFaire, de fin janvier 2018, ou il est question de ballon rond et d’assassin

Le 29…

… où l’on enfile ses crampons ce matin, afin de peaufiner nos derniers arguments en vue de l’audience de demain matin.

On va y parler football, puisqu’un tout jeune homme va se retrouver sur le banc des accusés. On lui reproche un tacle qualifié de « violent », uniquement parce qu’il a entraîné une blessure assez grave chez son adversaire qui a eu la cheville brisée.
Bien sûr, ce n’était pas son intention. Mais le résultat est là. Difficile de faire comprendre à la victime que, en droit pénal, ce n’est pas le résultat qui compte, mais bien ce que l’auteur a pris le risque de faire. Nuance, tout est dans la nuance…

Affaire banale pourrait-on dire, puisque ce genre de mésaventure est courante sur les terrains. Eh bien justement, c’est pour cela que les enjeux de cette affaire ne sont pas anodins. Notre brave joueur est ainsi devenu involontairement le centre d’une querelle dogmatique sur la planète foot, pour l’instant à l’échelle locale. Mais, demain ?

En effet, pour cette action malheureuse, il s’est seulement pris un carton jaune. Normal, direz-vous. Cependant, en règle générale, les actions telles que celle-ci, quand elles sont sanctionnées par un carton jaune, ne finissent pas au Tribunal. Pour le commun des mortels, cela fait partie du risque que l’on prend en enfilant son maillot et en entrant sur la pelouse. Bien sûr, la victime, ou plutôt ses parents, ne voient pas les choses de cette façon. Ils ont déposé plainte certes, mais quelques semaines plus tard, quand la gravité de la blessure et, surtout, ses séquelles possibles, se sont révélées.

« Lire la suite »

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de jeudi, février 1st, 2018 à MeFaire.

%d blogueurs aiment cette page :